Trekking spirit

Publié le par yvan

 

039.jpgNamaste ! Trekking spirit



Me voilà au départ de ce fameux trekking du "Tour des Annapurnas". Encore un, me direz-vous ? Il est vrai que j'aime trekker, et spécialement dans l'Himalaya du Népal. Et des aventures dans cette magnifique région, engagées ou tranquilles, en solitaire ou à deux, je pourrais un jour en conter quelques autres...
J'affectionne particulièrement le solo - eklai, disent les Népalais -. Solo qui n'en a que le nom, tant sur les itinéraires fréquentés je rencontre de marcheurs, locaux ou touristes, avec lesquels je fais un bout de chemin. Je fais mienne cette phrase de Nicolas Bouvier, grand écrivain voyageur :
"Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu'il se suffit à lui-même. On croit qu'on va faire un voyage, mais bientôt c'est le voyage qui vous fait, ou vous défait". C'est l'esprit même du trek.

Sus tout d'abord aux idées reçues :
Un trek, même en solitaire, ce n'est pas dangereux - en tout cas pas plus que de sillonner les routes de France en automobile à l'époque du rush estival ! -. Vous randonnez le plus souvent dans des régions peuplées où, quelque soit leur ethnie, les habitants sont hospitaliers, prévenants, tolérants et curieux de vous connaître.
Ce n'est pas non plus compliqué. Vous rejoignez le point de départ de votre itinéraire, vous chargez votre sac - léger ! - sur le dos et... vous marchez. Au rythme qui vous plaît. Et vous ouvrez grands vos yeux. Ah oui ! j'oubliais, vous connaissez déjà votre premier mot de nepali : Namaste !, simple bonjour convenant à toutes les situations, que l'on peut prononcer en joignant ses paumes au niveau de la poitrine, mais qui signifie littéralement "Je m'incline devant dieu qui est en toi" . Sympa, non ? Même lorsque l'on est peu porté sur le religieux.
Toutes les deux heures, ou moins, vous trouvez un village, une bourgade, où deux, trois... jusqu'à dix lodges (auberges pour touristes) vous dispensent gîte et couvert. Parfois les "villages" ne sont que de lodges, notamment dans les régions de haute montagne, normalement inhabitées.
Et ce n'est pas coûteux, même si l'on a des goûts de luxe, car il n'y a rien d'autre à "consommer" sur ces chemins que la bonne et copieuse chère des lodges. Je résume : en trek, un lit, 50 à 150 roupies, un repas du soir simple, 250 roupies, un breakfast consistant, 150 roupies, un petit lunch en cours de route, 200 roupies, total, 700 roupies, soit 7.50 € par jour. Les amateurs de bière ou de soft drinks devront compter plus, mais pour ma part je me contente de thé (milk, black, lemon tea...).

Ceci dit, mon intention n'est pas de commettre un guide du parfait petit trekker - quel ennui ! où sont les surprises ? -, aussi m'abstiendrai-je de délivrer conseils et autres infos pratiques. La "littérature" de voyage existante est suffisamment prolixe sur ce sujet. Je préfère relater mon expérience personnelle, forcément semblable à nulle autre.
En trek, les seuls ressorts qui commandent son déroulement sont mes envies, mes désirs du moment. Même si au départ existe bien sûr un "challenge", pour l'heure boucler ce Tour des Annapurnas qui n'est pas a priori des plus ardus.

C'est ce que je pensais au départ de Besisahar...
 

035-Hotel-Mont-Blanc-Jagat1.jpg
Lodges à Jagat sur le Tour des Annapurnas

Publié dans Annapurnas

Commenter cet article