Procession vers le Sanctuaire

Publié le par yvan

MBC (3720 m), le sentier de ABC est visible sur la droite, en arrière-plan Annapurna South (7219 m)


Au départ de l'ultime étape, c'est sans hésiter que je chausse mes boots car certain d'avoir très rapidement à brasser sur mon parcours une bonne couche de neige fraîche. Habituellement, je trekke en chaussures de randonnée basses et légères - des basiques Quecha à 30 € - qui me conviennent mieux que les modèles à tige montante. Affaire de goût et de confort. Certains préfèrent en tout temps et en tout lieu les "grosses tatanes", pour ma part je me sens plus adroit et plus sûr dans la marche lorsque mes chevilles ne sont pas contraintes. Seule exception : la neige.
Ah ! les godasses. Sans doute la pièce d'équipement la plus importante du trekker au long cours. S'il est mal chaussé, tôt ou tard s'abattra sur lui la pire des malédictions : I mean les ampoules ! Aussi trouver pompe à son pied s'impose comme une préoccupation de premier ordre avant le départ pour ce genre d'aventure. Voilà une digression des plus triviales, certes, mais à méditer par tout candidat au trek...

On nomme communément Sanctuaire de l'Annapurna ce vaste cirque glaciaire, uniquement accessible par le sud, environné d'une ceinture de pics enneigés qui le dominent de plus de trois mille mètres et où se nichent les camps de base du Macchapuchare (3720 m) et de l'Annapurna (4095 m).

Quitte à me répéter en exposant mes états d'âme récurrents à celles et ceux qui me suivent et trouvent quelque intérêt à cette "aventure himalayenne" - tout compte fait assez banale et peu engagée, je baigne ce matin encore dans une sorte de bien-être absolu - à ne pas confondre toutefois avec le nirvana, le vrai ! -, corps et esprit délivrés de toute préoccupation. Se lever à l'aube, reposé et clairvoyant, prendre un savoureux breakfast sur une terrasse caressée par les rayons d'un soleil naissant, admirer la palette des verts miroitants aussi loin que porte la vue, respirer un air déjà raréfié mais exempt de toute pollution, se mettre finalement en route pour attaquer la première volée de marches aux lauzes scintillantes... Que se passe-t-il donc avec ce mode de vie ? Le "trek"... Besoins artificiels gommés. Aller, simplement. Mais pas une religion - quoique un petit côté mystique... -. Bien sûr, nombre d'errants sont religieux, quelque soit du reste leur dogme, pélerins (de Compostelle !), moines, saddhus (de Muktinath !)... qui parcourent les axes sacrés.

 Les pentes avalancheuses du Hiunchuli au niveau d'ABC, en arrière-plan le Macchapuchare

En tout cas, ici, sur l'ultime étape du trek du Sanctuaire, il s'agit d'une toute autre procession : les trekkers, pérégrins des temps modernes, profanes adorateurs d'un sanctuaire de glace, sectateurs contemplatifs de la "Grande montagne", sont légion. Cela commence pour de bon à Deorali, dernier établissement de lodges avant MBC, où je parviens rapidement.  Les quelques bâtisses bruissent des préparatifs des randonneurs à peine sortis du sommeil : d'aucuns traînent devant leur petit déj, d'autres errent dans l'attente d'une improbable douche, mais tout ce petit monde ne m'a pas l'air très motivé pour se mettre en route. Appréhension d'un journée difficile sans doute... Après avoir avalé mon second thé de la journée et fait un brin de causette avec deux "compatriotes", je ne m'attarde pas outre mesure, je me méfie des avalanches car toutes les conditions sont réunies - ensoleillement, neige fraîche, vent en altitude... - pour que ça dégringole dans cette étroite vallée de la Modi Khola surplombée par les raides versants du Hiunchuli et du Macchapuchare !
Et en effet, à deux endroits, des coulées ont, récemment semble-t-il, emporté le sentier qui a été retracé sur leur langue par les pas des marcheurs.
Depuis la terrasse plombée de soleil de "Shankar Guest House MBC", mon regard va se perdre vers de blanches uniformités qu'entaille une trace sinueuse à peine visible, qui mène au but final. Deux heures, disent les Népalais, estimation qui porte un coup au moral de certains touristes déjà épuisés. Avec la forme que je tiens (globules rouges à profusion...), je compte bien mettre moins de temps pour ces malheureux trois cent cinquante mètres de dénivelé !
Ce qui me surprend sous ces altitudes et dans ce paysage nival où toute végétation reste enfouie, c'est la présence insolite d'insectes. Les mouches, éternelles commensales de l'homme, d'accord, qui trouvent à se nourrir dans les cuisines des lodges, mais d'autres, dont ces dizaines de papillons piérides à peine sortis de leur état de chrysalide, que peuvent-ils bien butiner pour survivre ? J'en observerai même un spécimen égaré à 4000 m, porté là  par les vents de vallée.
A présent ce sont des dizaines de taches sombres et colorées, frêles silhouettes perdues dans une arène aux dimensions hors du commun, qui s'éparpillent au long de la trace gris bleu. Je me mets en route, rejoignant la procession. La marche est un apprentissage permanent, j'ai acquis une technique qui me convient en altitude : des pas courts - voire très courts sur les terrains les plus pentus - en même temps qu'assez rapides, inspiration sur un pas, expiration sur le suivant. Ainsi j'avance régulièrement et sans fatigue, sans même éprouver le besoin de pauses.
Progressivement je grignote la distance qui me sépare de ceux qui me précèdent et j'assiste aux premières défaillances, dues au manque d'habitude ou à l'hypoxie. Certains même sont assis dans la neige, momentanément vaincus par l'essouflement. Mais tous finiront par arriver, en ordre dispersé, aux lodges du Camp de base de l'Annapurna, édifiées sur une élévation de terrain au pied du glacier du South Peak.


 Les lodges de ABC (4095 m), au pied de l'Annapurna South

Publié dans Annapurnas

Commenter cet article

sylvain 15/02/2009 00:47

Bonjour,
Ca vous dirait de faire un echange de liens avec notre site(page rank 3) : www.voyageautourdumonde.fr ?
A bientot,
Sylvain

joelle 06/08/2008 19:10

Pas de reponse à mon dernier mail, comment vas tu ? Bien j'espère. Es tu faché ou juste négligeant ? !!!

Tietie007 27/06/2008 12:00

Clôture de la saison échiquéenne, ce soir, Yves, avec apéro et de quoi bouffer, à 21 heures, à Emile Tavan. Certainement un tournoi de Blitz, après.

Tietie007 10/06/2008 18:01

Superbes photos et prose inspirée !

joelle 02/06/2008 12:17

hello dear, quel est ton adresse mail perso encore une fois ? je crois que je n'ai pas la bonne.
Ne serais pas avec vous pour la fête mais quand même serais là avec le coeur!
Bises