Thakali business

Publié le par yvan

129.jpgLa gompa de Marpha, district de Mustang


J'élirais volontiers le village de Marpha comme le plus attrayant de mon trek autour des Annapurnas. Y parvenant, je repère sur le champ la Snow Leopard Guest House qui surplombe de ses quatre niveaux la plupart des habitations de la localité et je m'y dirige sans l'ombre d'une hésitation afin de profiter de la vue imprenable qu'elle semble procurer sur son splendide environnement. Une fois de plus je suis l'unique touriste et fort de ce statut me voit attribuer la meilleure chambre - c'est la 110, demandez-la ! - située au dernier étage et offrant une vision panoramique grâce à ses ouvertures sur deux côtés. Et ce pour le tarif dérisoire de 80 roupies, soit moins de 1 euro ! Je grimpe un peu plus haut encore jusqu'à la terrasse où tout en sirotant un thé je m'abîme un long moment dans la contemplation du paysage. Magnifique récompense pour le trekker parvenu au terme de son étape.

Vers le sud-est, je peux admirer la pyramide enneigée du Nilgiri North qui, à vol d'oiseau, n'est distant que d'une dizaine de kilomètres. Cette vision est d'autant plus impressionnante qu'avec son altitude de plus de sept mille mètres il domine la vallée de près de quatre mille cinq cents. Au sud-ouest s'étage le village de Marpha, succession de maisons aux toits plats ornés de nombreux mâts où flottent de multicolores bannières de prières. A son plus haut, quasiment adossé à la falaise, se tient une majestueuse gompa dont la rutilante couleur brique contraste avec le blanc chaulé des habitations. La rue principale est pavée de larges dalles, vierges de tout détritus - ce qui n'est pas, hélas, le cas de maints villages du Népal  ! -, elle est bordée d'un chenal de pierre recouvert de lauzes où coule la précieuse eau acheminée de la montagne. A l'amont de la localité, un ingénieux système de micro-écluse permet d'en régler le débit en fonction des besoins en irrigation. Ainsi, durant la nuit, l'eau a cessé de s'écouler...

131.jpgVergers et champs cultivés entre Marpha et Tukuche

La haute vallée de la
 Kali Gandaki, qui creuse son profond sillon entre les massifs des Annapurnas et de la Dhaulagiri, est majoritairement habitée par l'ethnie thakali qui depuis plus d'un siècle contrôle le commerce transitant par cet axe majeur entre Népal et Tibet. Cette contrée est du reste connue sous le nom de Thak Khola. Les Thakali sont sans conteste un peuple très entreprenant qui a su s'adapter à la modernité, notamment à l'économie du tourisme née dans les années soixante-dix avec l'afflux croissant de trekkers venus du monde entier. Sur cette portion du circuit des Annapurnas, se trouvent, de mon point de vue, les meilleures infrastructures touristiques du Népal rural.
Le poids de cette ethnie, d'origine tibétaine et parlant une langue appartenant à la famille linguistique tibéto-birmane, est assez faible en termes de population - moins de dix-mille personnes -, mais fort en termes économiques. Avant le boom du tourisme, et même encore à présent, elle avait le monopole du commerce du sel en provenance du Tibet qu'elle échangeait contre des céréales - blé, riz... - et des produits manufacturés, tels que de l'huile, des cigarettes, des chaussures en toile ou des articles en coton. En contrepartie de cette exclusivité que lui accordait le gouvernement du Népal, elle versait à ce dernier une redevance annuelle. La concurrence chinoise a très certainement pénalisé les commerçants thakali sur leur créneau traditionnel mais leur reconversion réussie dans le tourisme est le gage d'une nouvelle prospérité.

Au lendemain de mon inoubliable étape de Marpha, marquée pour couronner mon départ d'une tashi kata dont l'hôtesse m'enceins le cou, je poursuis ma route en direction de Tukuche après avoir traversé le village dont la quiétude et la beauté matinales m'inspirent déjà d'y revnir un jour.
Tukuche reste la "capitale" de la Thak Khola bien que les Thakali n'y soient plus les seuls habitants. Le toponyme dérive du tibétain et désigne "une place de commerce du sel", en conformité avec son ancestrale fonction économique.

Sur la piste poussiéreuse de Tukuche, vient un moment où j'aperçois, me précédant de quelques encablures, une silhouette coiffée d'un bonnet bleu dont l'allure me semble familière... Luc ?
Intrigué, j'allonge le pas et finis au terme de deux hectomètres à m'en approcher jusqu'à la héler. C'est bien lui !... Luc, que je laissai deux jours auparavant au lodge de High Camp et dont l'équipement sommaire et peu adapté m'instillait un doute quant à sa capacité à franchir sans dommages le Thorong La !
 

132.jpgCaravane de mules chargées de sacs de céréales dans la Thak Khola

Publié dans Annapurnas

Commenter cet article