Villages d'altitude

Publié le par yvan

061-Pisang-Upper-.jpgPisang "Upper" (3250 m)

L'Himalaya du Népal est compris entre le vingt-huitième et le trentième parallèle, soit la latitude des Iles Canaries, du Sud-Algérien, ou encore de l'Egypte. Une latitude proche du tropique du Cancer. Les particularités climatiques qui en découlent surprennent lorsque l'on établit, comme l'on en est tenté, une comparaison avec les Alpes, massif de référence en Europe.
La durée annuelle d'ensoleillement, ajoutée à d'autres facteurs, influe grandement sur l'étagement des zones de végétation. Dans les Alpes, l'étage nival, le dernier de la pyramide, commence aux alentours des trois mille mètres et ne s'y trouvent que rocs, neige, glace, parsemés d'une maigre végétation (lichens, rares plantes à fleurs...). En Himalaya des villages subsistent à ces altitudes, qui correspondent à l'étage alpin plus favorable à la vie.

Le nord du district de Manang, que je parcours, jouit d'un climat qui se rapproche de celui des hauts plateaux tibétains, car il se situe par-delà la barrière himalayenne (massifs des Annapurnas, des Nilgiri, de la Dhaulagiri...) contre laquelle viennent s'épuiser les pluies de mousson venant du sud.
L'habitat est groupé sur les adrets, les façades des maisons sont orientées au midi. Les hivers rigoureux forcent à la promiscuité : des venelles servent de passage entre les îlots d'habitations cubiques qui se serrent les unes contre les autres. Edifiées en pierres sèches, renforcées de solides poutres, elles sont couronnées d'un toit plat qui sert de terrasse aux maisons du dessus. Des cours intérieures abritent les étables, de raides escaliers en bois mènent aux étages d'habitation. Tout autour du village sont les champs destinés à être ensemencés en orge et en pommes de terre.


068-Gyabru.jpgMaison de Gyabru (3670 m)



Entre Pisang Upper et Manang, ces villages et hameaux d'altitudes se succèdent, établis sur les versants ou dans le fond de la haute vallée de la Marsyandi. Gyabru, peut-être le plus haut habitat permanent de la planète est à 3670 mètres, Ngawal à 3650, Mungi à 3480, Braga à 3505, Manang à 3350. Leurs habitants sont pour la plupart agriculteurs mais possèdent quelques têtes d'animaux de bât ou de trait (mules et zopkio, hybrides mâles de yack femelle et de taureau - pas de buffles à ces altitudes !), de monte (chevaux de petite taille), des chèvres et des dri , hybride femelle, pour la production de lait - ah, le fameux yack cheese ! A Manang, vivent aussi des commerçants qui descendent et remontent la vallée pour approvisionner la contrée en denrées extérieures (riz, maïs...), il s'en trouve qui vont plus loin encore, jusqu'en en Asie du Sud-Est, et traversent même des mers. Une part de la population tire enfin ressources du tourisme : partout, dans le moindre hameau, se trouvent des gîtes pour accueillir et restaurer les trekkers. Mais ceux-ci devront débourser un peu plus que dans le district de Lamjung en raison des coûts de transport.

Les Manangi mènent une vie rude dans un environnement sauvage au climat rigoureux. D'ici deux jours je saisirai mieux ce que signifie vivre à ces altitudes en hiver !



072.jpgMungi (3480 m), au fond Tilicho Peak (7134 m)


Braga (5505 m)
075-Braga.jpg

Publié dans Annapurnas

Commenter cet article